Les expos​ à partir de 2013

La Gare accueille une dizaine de plasticiens par an: peintres, sculpteurs et photographes. La programmation est trimestrielle. Les vernissages sont la plupart du temps le samedi. Les horaires d’ouverture au public sont de 17h à 19h l'hiver et de 17h30 à 19h30 l'été... et sur rendez-vous pour les scolaires et pour les groupes (à partir de 5 personnes).

2013

 

 

LOUIS ARTI
Peintre et musicien

 

Louis Arti, homme "tout couleurs": sur ses pinceaux et ses toiles, sur ses mots, sur les cordes de sa guitare, sur son chant et son âme. Louis donnera à voir et à entendre toutes ses gammes chromatiques à la Gare!
 

Eric Courier

Peintre et musicien

Eric Courier, ce peintre "made in blues ", nous donne à voir une « soul-painting » ! Il fait des gammes en couleurs, comme en musique... et des impros qui secouent, éclaboussent et surprennent : joueur de blues et de couleurs !
 

 

 

 

 

 

Roméo Malio Graci

Roméo, né en 1950 en Moselle. Cet artiste d’origine sicilienne a pour « maîtres » à rêver autant les peintres de la Renaissance italienne tels Raphaël ou Botticelli que l’andalou Picasso, le colombien Botero, le toscan Modigliani ou le  portorico-haïtien  Basquiat !!!

Roméo est un homme humble et simple, un peu timide... extrêmement sensible, intuitif... Ses tableaux racontent sa perception du monde, et déclinent parfois aussi les états d’âme ou « d’être » des gens qui l’entourent... C’est une peinture à la fois ironique et tendre, résolument « parlante » et contemporaine... haute en couleurs. C’est une peinture  volubile, comme on peut l’être en Méditerranée !

Il vit et travaille en Moselle. 

2014

2015

2016

2017

2018

 

Bruno Lasnier

En complicité avec le club Taurin de Mimizan la Gare présente ce merveilleux photographe né en 1964.​Le paysage, l’environnement et le patrimoine sont des thèmes sur lesquels il travaille régulièrementLes êtres humains ne sont jamais très loin et il affectionne particulièrement l'art du portrait.Bruno Lasnier est introduit dans le monde de la corrida et collabore à la presse spécialisée. Il a réalisé et publié plusieurs travaux sur le personnage du Torero.

 

 Il vit et travaille en Gironde.

 

 

 

 

 

Christoforo Daoulkas

C'est une invitation au voyage vers le territoire singulier de cet "arpenteur-glisseur" de la planète! 

De sa perception du monde, Christo ne donne tout d’abord à voir qu’un vif fouillis inextricable, au premier regard trop pressé, on est perdu, tout est mélangé, tout va trop vite, puis raisonnablement notre esprit s’arrête, on décide alors ou non, de participer au voyage onirique de l’artiste. Ces peintures chargées d’émotions sont à découvrir en laissant le regard suivre les méandres du pinceau, les gammes colorées et la variété des formes et des supports… progressivement, notre œil perçoit des figures,des silhouettes : animaux, humains, divinités… des formes, riches du sens que l’on veut bien leur donner, où les sentiments semblent se matérialiser au détour d’une courbe, puis disparaître.

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Yolande Despouys

dite YoLande, est née à Dax en 1947.

Elle vit et travaille à Bordeaux.

YoLande est une âme délicieusement et parfois... douloureusement métisse.

 Elle décline la femme dans tous ces états avec un regard goguenard, amusé, critique, tendre et souvent drôle !

C'est un travail d'auto-dérision-guérison et aussi une démarche militante... Ses barbies « customisées », ces dondons dodues et colorées et ces fracassées et cabossées « cuisinées » sont surprenantes, provocantes, parfois un brin volontairement désuètes mais toutes sont attendrissantes !

YoLande par le biais de ces créations conjugue le corps de la femme à tous les temps et à tous les modes !

Trois petits tours dans son monde... nous en ressortons amusés, ragaillardis, stupéfaits et peut-être « libérés » !

 

 

 

 

Sandra Dessalines

... peintre autodidacte, elle est née en 1983 à Carrefour, commune de l'arrondissement de Port au Prince à Haïti.

Elle vit à Uhart-Cize dans les Pyrénées Atlantiques.

 Une lumineuse énergie se dégage de cette jeune femme qui compose et peins ces tableaux  pour nourrir le lien avec sa terre natale, la "Repiblik Dayiti" comme on dit en créole.  

Ces créations racontent son île et son quotidien... Elle utilise des techniques qui mixent le papier mâché modelé et la peinture. C'est une plasticienne singulière de la famille de l'Art Naïf.

 

 

 

 

 

 

Cyrille Vidal

Originaire de Bougue,  a constamment vécu dans les coulisses du mundillito coursayre :

« Je suis en quête de lumière, j'ai une boulimie de l'image quand il se passe quelque chose en piste en lien avec le bétail. Et là, ça devient un régal, car les gens sont, en plus, très attentifs. Et puis je me plais dans des arènes qui possèdent une histoire, un vécu. D'ailleurs, bien souvent, je choisis mes courses en fonction des places. »

Ses images disent la beauté des postures, des espaces et des atmosphères.

Cette exposition souligne la liberté du photographe dans le choix des images, des jeux d’ombres, du graphisme, dans ses expressions fugitives volées au temps et à l'instant. Cette quête d’émotions et d’esthétisme est récurrente dans la pratique de son art.

Il vit et travaille à Aire sur l'Adour.

 
 
Didier BIES

...est né en 1954 dans les Hauts de Seine. Son enfance se partage entre Paris et Berlin, au gré des affectations de son père militaire.

Sa curiosité est foisonnante... comme le sont ses ressorts: les sciences sociales, le commerce, les voyages, le dessin, la sculpture, la calligraphie...

Il séjourne aux U.S.A, en Afrique(au Zimbabwe chez les sculpteurs d'art Shona), en Italie, en Toscane à Carrare...  Il passera un C.A.P de sculpture sur pierre et travaillera  pour les monuments historiques.

Il vit et travaille depuis 30 ans dans les Landes et plus précisément depuis 17 ans à Messanges.

"Les Insurfables" présentées à la Gare, du "shape-art", sont sur-prenantes... comme une incitation à la glisse sur les rouleaux de ses émotions polymorphes et polychromes! Elles représentent qu'une petite partie de son univers de création. 

 

 

 

Mier

Artiste Plasticien et Designer multi-instrumentiste !

"Je suis tombé dans l’art par hasard, un jour de grand vent.

La photo comme premier révélateur, dès tout petit, j’étais fixé.

j'ai découvert la sculpture un jour d'ennui, au détour d'un couteau bien aiguisé, d'une lime un peu usée et d'un bout de bois abandonné.

J'ai apprivoisé des souris pour pratiquer les arts numériques.

j'ai mis les doigts dans la prise, testé ma résistance, désintégré mes circuits afin de faire gazouiller  l'électronique.

J'ai fait chanter des pinceaux, mélangé muses et couleurs, et dans la lumière, révélé mes ombres à elles-mêmes.

Toutes voiles dehors, un océan est mouvant !" Mier (Mini-Bio poétisée)

Mier Soleilhavoup est né à Clermont-Ferrand en 1966. Il arrivera avec ses parents en Aquitaine à l'âge de 12 ans. Il vit et travaille dans la Haute Lande à Belhade. 

 
 
 

 

 

 

La Gare de l'Art de Saint Paul en Born accueille ses traditionnels 'bidouilleurs poétiques' de décembre: 

Emilie Emilyjolie Agouès

Eric de Montarnal

 
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
DBN ou L'avertisseur

.... j'ai vu des danseurs reprendre un pas , toujours le même, pendant des heures, des comédiens répéter et encore et encore la même réplique... des musiciens monter et descendre des gammes pendant des jours et des jours... mais je n'avais jamais vu la même esquisse répétée sur une multitude de feuilles... je n'avais jamais encore rencontrer dans un atelier d'artiste autant de verve polychrome, poétique, psychanalytique, psychédélique, hypnotique... je n'avais jamais encore croisé une œuvre de bonne heure et de maux dits...   avec une telle maestria et une telle impudeur!... et tout cela offert et servi avec un sourire et un regard touchants!

Peintre, plasticien, illustrateur, concepteur, graphiste, responsable de Studio de création, et certainement poète.......... Dominique  Bedout-Nicolaï est né en 1963 à Bordeaux, où il vit et travaille.

 

 

Jean Capdevielle, le Migrateur

Il voyage en solitaire                     Il sait ce qu'il a faire,

Et nul ne l'oblige à se taire.          Il chante la Terre!

Ce refrain de Gérard Manset lui va bien, sportif de haut niveau, kayakiste et guide de rivière... il explore, arpente le monde entier... il est photographe, écrivain et éditeur (sa maison d'édition s'appelle: Osolasba) !!!

Jean, autodidacte au parcours étonnant, vit ses équipées, ses photos, ses histoires et ses livres comme une vigoureuse et joyeuse aventure!!

Derrière son sourire et sa tranquille nonchalance, on découvre une âme passionnée et partageuse.

Jean est né en 1970. Il habite à Oloron Sainte-Marie (64), travaille et rêve sur la terre!

 

 

 

 

Pierre Wetzel

Pierre est un capteur d'atmosphères... atmosphères urbaines, musicales, atmosphère des secrets dévoilés des personnes... l'objectif sert son œil qui cherche l'intime intimité des villes, des notes de musiques et des humains croisés.... passeur d'émotions ou de situations surprises et saisies, il nous offre dans « Intemportraits » une apologie de l'élasticité du temps... à contre courant des techniques du numérique... il invite et utilise un procédé utilisé dans la seconde moitié du XIXe  siècle : le collodion humide sur plaques de verre pour une magistrale galerie de portraits.

La photo s'est "révélée" à Pierre quand il avait 17 ans ! Il est Photographe auteur depuis les années 2000 et est régulièrement publié 

Pierre est né en 1972, il vit et travaille à bordeaux.

 

 

 

 

Charles

Né le 5 avril 1965 à Périgueux

Architecte, peintre, décorateur, illustrateur et musicien.

Architecte D.P.L.G. (diplômé par le gouvernement) en 1992 après ses études à l’Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Paris La Villette, Charles, passionné par la peinture depuis son plus jeune âge exerce la profession d’artiste peintre à partir de 1991.

Tout aussi passionné de voyages et de rencontres qu’il l’est de peinture, de 1991 à 2012, il travaille et réside successivement à, Paris, Lausanne et Genève, Los Angeles, Londres, Bordeaux, Moscou, Marseille, puis divers pays d'Afrique de l’ouest ...

Depuis 2012, il est installé à Ouagadougou.

 

 

 

 

 

Patrick Jacques

il dit:

"...Le temps lie d’une façon aussi énigmatique que limpide ces centres d’intérêt que la photographie éclaire.... les choix qui persistent, imposent à mes idées,  mes envies un dialogue incessant, une redécouverte permanente du médium photographique.

Affirmer des doutes.

Ces circonstances particulières sont pour moi l’essence même de la photographie, de ce qui reste, du silence....

Ma production se réduit d’années en années, fuyant les séries, les projets, les bonnes idées...

afin de tenter d’admettre, de recevoir et de traduire ce qui me dépasse.... l’incroyable complexité de l’homme.

Pour cela, il m’est nécessaire de «  quitter le spectacle » et de creuser avec joie et douleur une mine de grains d’argent...."

Patrick est né en 1955 à Raon l'Etape (88). Il vit et travaille à Etival (88).

 

Au milieu de l'été et début Août, les cheminots convient à un moment de détente avec Esbérit...

Esbérit, race ancienne de taureau béarnais: Traduction de Esberit mot gascon voulant dire: éveillé, vif, vive, gai(e), dégourdi(e), sémillant(e), fringant(e), espiègle. Esberit com un tòc de maitias : Gai comme une sonnerie de matines. (Diccionari Occitan Gascon de Per Noste Edicion...

....Ce facétieux Esbérit, imaginé par Jean Capdevieille et Lydie Martin sera à Saint Paul en Born.. du 1 au 9 Août pour mettre le village à la sauce béarnaise... avec humour et bonne humeur...

C'est aussi l'occasion d'une mise à l'honneur des éditions Osolasba!

Esbérit arrive avec ses 2 auteurs... et une invitée d'honneur: Estelle Loiseau... auteure, écrivain publique et animatrice d'atelier d'écriture..

expos... vidéos... dédicaces des livres, rencontre avec les auteurs et... atelier d'écriture ... Les lieux: la Gare de l'Art, la salle des fêtes et le restaurant Le Régal!

 

 

 

 

 

Nes

Sculptrice métal

Quand la presse parle d'elle, il est question de dentellière de fer, d'univers imprégné et inspiré par l'iconographie Punk..

... oui mais pas que...

Esther Rivera, alias Nes conjugue ses paradoxes, soude l'innommable, brûle la souffrance, découpe la rébellion et assemble en lumière et en douceur dans une transe-apparence forte, solide, élégante et sensible!  

Elle puise dans la vigueur du métal pour nous amener dans un monde fantastique d’arabesques, de volutes et de résilles  déchainées! La  puissance dans le matériau et la délicatesse dans les formes aériennes racontent  son  imaginaire.

Attention aux yeux... attention au cœur: soudure à l'arc et soudure à l'âme!

 voilà de quoi étonner, bousculer et surprendre!

Nes, en rentrant du rendez vous avec vous, me sont revenus ces vers de F.G. Lorca que je vous dédie:

"....Au filet de la lune, araignée du ciel,

se prennent les étoiles qui voltigent. "

Nes est née en 1979 à Bordeaux, elle vit et travaille à Listrac-Médoc.

 

Nathalie PORTEJOIE, Peintre

La rencontre avec Nathalie s'est faite dans son atelier. J'ai été immédiatement saisie par l'artiste et son univers. Se dégage des deux, une assonance douce mais vigoureuse.

Dans les narrations polychromes et polymorphes qu'elle fait de l'humain, de ses mémoires végétales, animales, nous pouvons suivre aussi sa quête de l'invisible, du sensible, du secret et du spirituel!

Sa posture est celle de l'observation discrète du "monde" pour ensuite "rendre", témoigner de ce qu''elle a reçu, percuté... senti!

Elle peint, découpe, assemble, colle, tâche, attache et détache.. souligne dans des gammes de couleurs lumineuses qui révèlent des harmonies saisissantes!  On ressent, et on sait, que l'on retiendra ces vibrations aussi fortes que celles apportées par les chants diphoniques!

C'est une peinture énigmatique mais radieuse, réparatrice voire "élévatrice" que nous offre Nathalie.

Elle dit: "Dans le silence, j'entends résonner un souffle de vie, une force me pousse à en témoigner:"

Nathalie née à Cissac-Médoc (33)  en 1963, vit et travaille à Le Taillan-Médoc (33)

 

Les légendes relatives au Compagnonnage situent l'origine symbolique de l'institution compagnonnique au Xe siècle av. JC.

Le Compagnonnage est présent en France et en Europe depuis 8 siècles au moins. C'est le prolongement d'une méthode d'enseignement technique et philosophique dont le principe remonte aux origines des métiers. Les Compagnons qui ont participé à la construction des cathédrales, de la Tour Eiffel, sont aujourd'hui à la pointe des réalisations les plus modernes et participent aux restaurations d'ouvrages prestigieux et aux grands chantiers contemporains.

 

Pilier de la formation

Le Compagnonnage est aujourd'hui un moyen original pour se former à un vrai métier en ouvrant un large éventail d'embauches possibles. Il est basé sur 3 principes essentiels:

Le métier, car le Compagnon est d'abord un grand professionnel.

Le voyage, car lors de son Tour de France, le Compagnon rencontre, échange et apprend dans toutes les régions qu'il a traversées.

La transmission, car transmettre son savoir fait partie de sa façon de vivre son métier.

 

Une conception originale de la transmission des savoirs

Dans une France bien organisée socialement, le Compagnonnage n'a plus à se préoccuper du secours mutuel, ni de la défense du droit ouvrier. Il se développe donc sur les fonctions de conservatoire des savoir-faire et de promotion des techniques de pointe dans le souci du beau travail.

Le Compagnonnage évolue entre tradition et modernité, et devient une institution adaptée à la formation professionnelle de la jeunesse d'aujourd'hui.

 

 

Jacques Hamel, Photographe

Attention "sensible" !!!

Pour Jacques la photo est une quête... cette passion est née en 1982...d'une petite photo dite d'identité... d'une déchirure... et de l'urgence d'un chemin de vie singulier et d'une pugnacité à franchir chaque seuil, à arpenter les étapes et passer les caps...

Né en 1960 à Paris, sa petite enfance est normande et à 20 ans, après une étape en Bourgogne, il arrive en Aquitaine... il cherche... se forme... métiers de la mer, informatique... et il sera formateur au Greta... La photo le suit, l'accompagne. Il arrive dans les Landes en 1991 à Dax où il vit et travaille.

Depuis une dizaine d'années son parcours photographique  promène ses objectifs en Espagne et au Portugal... ses sujets de prédilection sont les patrimoines culturels, profanes ou sacrés et enfin la pêche traditionnelle.

Quand il part pour explorer une envie, un sujet... il opère une "immersion" totale dans l'univers qu'il désire photographier.. ses photos sont l'aboutissement des entre-vues.. avec les gens, la lumière, les éléments, les "hasards" et les évidentes coïncidences!

Quand il raconte son voyage au Portugal avec les photos exposées à la Gare... on entend battre le cœur des hommes, on entend claquer les vagues, on respire les odeurs d'iode et de poissons... et on s'amuse des oiseaux marins gourmands! Jacques a  rencontré l'âme d'un pays, l'âme des gens, l'âme d'une tradition de pêche ancestrale et l'âme houleuse de l'Atlantique et il nous offre tout cela dans un beau silence généreux!

 

JC Delannoy 4004? C'est un rocker, un roller, un painter, un writer, un carver qui aime les primary  couleurs standars ou flashies!

Le tempo de sa peinture? ... une pulsation binaire entre traits et coloris très marqués...  élaborée dans une rythmique simple où les couleurs et les dessins se jouent et s'échangent  entre shuffle et walking-bass.. tout cela lié par l'afterbeat de son jeu polychrome!

Bon.. pour faire simple, quand on rentre dans l'atelier de Jean Claude on est aussitôt  "transe-portés"

dans l'univers de ses créations! On écarquille les oreilles et on en prend plein les yeux!

C'est une peinture foisonnante... On va d'un tableau à l'autre, on découvre au fur et à mesure, on va et

viens..Tiens !! une femme et un chat se baladent d'une toile à l'autre...... C'est  tonique, joyeux, insolent, vitaminé.. très syncopé!

JC Delannoy est né à Lens (62)..D'une enfance marquée par un grand-père qui dessine  et peint, c'est bien de là que s'est construit ce bel artiste qui poursuit ses explorations plastiques, tranche, écrit, compose, bricole, fabrique, crée et  donne naissance à des personnages et à un décors d'un "Notre monde".

Il vit à Mérignac (33) et travaille à Pessac (33) depuis les années 90.

 

 

 

Patricia MOLINS, sculpteur métal

Elle est née en 1966 dans l'Yonne à Joigny...  L'Yonne terre "habitée" par Cadet Roussel...3 maisons, 3 habits, 3 deniers et une épée..., par la très controversée fée Mélusine et l'inénarrable Gargantua!!! Elle pense et rêve sculpture...

Quand elle arrive en Aquitaine en 1998, à Bayonne... (bas-Yonne?) commence alors son chemin pérégrinant de sculpteur!

Elle découpe, assemble, construit, invente, éventre, brode, lime, creuse, déborde, râpe, polis, soude ou dessoude, tord, redresse, brase et débrase... joue, improvise ou pas... et compose entre métal, rouille, eau, air et feu... et elle orchestre tout cela... comme elle respire... en pleine générosité et liberté!...

Aujourd'hui elle vit et travaille en Gironde à Pellegrue.

A la Gare... elle installe "Memorabilia" dans un cabinet de curiosités imaginé pour nous! Ce sera une proposition d'objets, de sculptures hétéroclites... un brin étranges, parfois inédits... comme une représentation sensible, esthétique parfois métaphysique de son univers!

 

 

 

 

Morgane Daquin, modeleur-sculpteur

Ombres et Lumières

Les premiers balbutiements "plastiques" de Morgane m'ont "troublée". Je pressentais ... une  aptitude et une urgence à laisser passer son âme et à dire sa perception du monde... du beau et du chaos...

Elle engageait la construction de son langage artistique.. celui d'un corps à corps avec les 4 éléments: la Terre, l'Eau, l'Air et le Feu... 

Rapidement ses sculptures prennent de l'ampleur, de la force... elle maîtrise vite ses outils:  les 4 éléments, les gestes et la vigueur à décrypter et dire ses émotions pour les partager, pour "témoigner"! Aujourd'hui elle convie quelques éclats polychromes sur certaines de ses créations!

Il y a comme une extravagance... entre elle.. si enjouée, attentive aux autres, généreuse... et ses créations... qui "racontent" nos égarements, nos peurs et nos stupeurs!

Son travail révèle le  lien trouble unissant l’humanité et l’animalité: notre Humanimalité!

Morgane Daquin, née en 1987 à Montmorency (95), vit et travaille à Saint Paul en Born (40).

Morgane est artiste associée à La Gare de l'Art depuis début 2016.

LOUIS VIEL

Louis Viel est Photographe plasticien, Docteur en Arts Plastiques. Ses productions photographiques sont reproduites dans des revues, régulièrement exposées et présentes dans diverses collections : musée d’Art Contemporain les Abattoirs de Toulouse, Photographer Encyclopaedia International, etc.

L'expo:  L’arbre, figure du paysage 

Mémoire d’ombres, série de 6 montages noir et blanc.

Photographies de réalisations personnelles dans la nature .

Installation land 'art: Passage

Á l’heure où les arbres souffrent et disparaissent par la déforestation, la maladie, les tempêtes etc.. cette installation se veut un plaidoyer contre leur disparition... mais il peut y avoir résilience:

Un tronc blanc laisse pousser des jeunes plans par des passages percés en son sein. En devenant adultes, les jeunes arbres feront éclater le tronc « maternel » qui disparaitra à terme de façon définitive. L’installation est une métaphore du cycle de vie.

L'œuvre dans son changement, interroge le temps qui s’écoule et sa relativité.

Yannick BACON

peintre

Né à Auch en 1975, Yannick grandit à Vic Fezensac (32).

Très tôt, ce fils d'agriculteur accompagne son père au arènes. Du haut de ses 3 ans, il fréquente la corrida, les taureaux, les habits de lumière, le goût de la poussière, l'odeur du sang et son âcreté..

Dans la cour de la ferme il "joue" à la corrida avec des vieux pneus en guise d'arènes, des pommes de terre, plus tard des poules (!) en guise de taureaux ... et des aiguilles à tricoter chipées à sa grand mère  sont les banderilles! Il quitte à 18 ans le Gers pour les Landes.

Il y a 3 ans, je le rencontrai chez lui à Capbreton et, dés mon entrée dans son atelier, je fus saisie par sa peinture. Peinture narrative, métaphorique, un tantinet surréaliste pour certains tableaux, parfois sarcastique, souvent tendre... Son œuvre est celle du détail minutieux et de la lumière.

C'est avec la pugnacité et toute la gourmande faconde  des gascons qu'il dit en peinture son histoire, sa terre.

C'est dans une magistrale polychromie minutieuse qu'il nous livre son enfance, ses jeux, ses rêves, ses rages, ses tendresses et parfois ses défis!

Depuis notre rencontre, il a passé bien des caps... sa peinture s'est affirmée, sa route a croisé Nicole Gogat, galeriste, et aujourd'hui il "fréquente" les salons européens d'art contemporain et il vit de sa peinture.

Nous sommes très heureux d'accueillir Yannick à la Gare et de vous inviter à découvrir ce très bel artiste de nos "Lanas de Gasconha"!

 

DBN , Les Pontons

"Dans les Pontons il y a la permanence du motif central, représentation symbolique d’un signe fixe que DBN a érigé en trait d'union entre deux mondes: un espace sans terre ni mer, ni ciel, sans horizon qui oblige l'œil à s'amarrer au centre de la toile .

Dès lors, le regard des voyageurs statiques que nous sommes, pénètre dans un univers volontairement sombre rouge et noir, rehaussé de blanc et parfois de touches bleu ciel. Car ici, le ponton est une escale où se réfugient des statues sur leur piédestal. Des êtres échoués, meurtris mais pansés, qui enracinés reprennent pied, font une pause.

DBN à travers son art mélancolique , nous donne à voir sortis de ses limbes obscures , des êtres fragiles , sensuels, animés d'une force de vie que l'absurde  n ’effraye, ni ne ridiculise, affirmant ici une  humanité bienveillante, en attente." D.G.B 

 

Peintre, plasticien, illustrateur, concepteur, graphiste, responsable de Studio de création, et certainement poète.......... Dominique  Bedout-Nicolaï est né en 1963 à Bordeaux, où il vit et travaille.

Patrick GUERIN

Créateur d'émotions en bois tourné, sculpté

Né en 1949 à Saintes (17), Patrick vit et travaille dans les Landes à Sainte Eulalie en Born (40).

Au seuil de l'atelier de Patrick Guérin, des rondins, des souches, de longues sections de troncs, des grosses branches, il me les présente: houx, cerisier, cyprès, chêne, platane.. On rentre dans l'atelier... des airs de jazz...un bouquet de gouges, de racloirs et de râpes... une multitude d'autres outils, sur une étagère... des bocaux remplis de pigments de toutes les couleurs, des pots de cire, en bonne place dans l'atelier, le tour à bois... un peu partout.. des copeaux tout blancs et un subtil parfum de figuier... et sur l'établi quelques pièces en cours.. toutes blanches elles aussi... c'est "le" figuier!

Je suis saisie par la délicatesse et la subtilité que les mains poètes et virtuoses de Patrick créent en connivence avec l'esprit et l'âme de ce bois immaculé!

Nous bavardons... Patrick évoque sobrement mais passionnément les bois qui l'inspirent.. et qui l'accompagnent quand il les "travaille".. laissant toujours toute la place aux "hasards" des textures, des couleurs, aux surprises et autres "inattendus" proposés par cette si noble matière!

Ce créateur tout en émotions douces et sibyllines, nous donne à voir des œuvres singulières, harmonieuses, parfois énigmatiques, qui, de fait, sont un virtuose et saisissant hommage à la Nature.

Eric Chartier

Né en 1954 à Niort, il a grandit dans le marais poitevin... a fait une formation de chaudronnier et fut forestier à l'O.N.F pendant 39 ans! Ses pérégrinations "forestières" liées à son travail... l'ont mené sur le littoral landais à partir de 2008 et ce jusqu'à sa récente retraite! Il vit à Pompadour (19).

En arpentant le cordon dunaire landais... pour l'entretenir, le "soigner", le consolider... il a fait d'étranges rencontres...

Ce travail de stabilisation des dunes a commencé il y a fort longtemps et, les palissades, avec la complicité du vent, du sable et de l'océan, sont devenues sculptures...  La sensibilité d'Eric et de son objectif ont saisi "l'invisible"  ... tout ce que "nous regardons, sans voir"!

C'est une balade en poésie et enchantement... "tout en étant un témoignage patrimonial de ces travaux dunaires, lesquels restent un grand enjeu environnemental".

Nous pourrons découvrir ces photos exposées à la Gare, mais aussi découvrir son livre, ouvrage insolite fait de merveilleuses images, de textes et autres pensées d'auteurs qui l'accompagnent!

Patrick Deletrez Plasticien

SenS et RéminiScenceS

En août 2015, Patrick Deletrez proposait à "l'adoption" quelques unes de ses sculptures! La Gare de l'Art adopte l' '"Esquisse de Babel", qui est installée sur le quai! Ce jour là ce fut la rencontre avec un artiste sensible au parcours singulier! ! Ado, il doit son premier choc artistique à Picasso avec  Garnica qu'il "recopie" des dizaines de fois!

Né à Reims (51) qu'il quitte à 22 ans pour se "désintoxiquer" des espaces urbains et autres pollutions... Il part vivre en pleine nature dans la vallée d'Aspe l'expérience communautaire des années 70... Puis dans les années 90... c'est Uzeste et une collaboration avec la compagnie de Bernard Lubat et la liberté totale de la conception et de la réalisation.

Sa rancontre avec ces musiciens et autres poètes très imprégnés du surréalisme l'ont conduit à la création des "Imachinasons".

.. Elles seront, entre autre, installées à Langon (33)... Langon, où il collabore avec Le festival des Nuits Atypiques à l'Estanquet.

Que ce soit pour ses machines, ses sculptures... il glane et récupère des matières ou des objets improbables pour créer et surprendre...  Patrick est un artiste polymorphe, polychrome, polytechnique, à l'occasion mécano, soudeur, découpeur et bruiteur...

Ses récentes créations sont légères, il est passé de l'opacité à la lumière... c'est tout en subtile élégance, en émois ciselés et d'une sublime délicatesse!

Patrick s'est mis assez récemment à l'écriture... en sculpteur de mots et de maux.Il jongle avec les métaphores, les empreintes... les traces, les absences et une exquise sensualité!

Patrick Deletrez vit et travaille à Uzeste (33)

 

« Voisinage, les petites choses »

Marc C. photographe

Marc Chaillou dit Marc C. photographe, est un promeneur contemplatif à l'âme et au regard naturellement prédisposés à déceler l'invisible. De longues années passées en Touraine et une maitrise en  biologie des insectes ont sans doute participé à développer sa préférence à fréquenter toutes ses silencieuses merveilles que nous côtoyons sans les voir !  

Par sa quête du beau et de ces instants furtifs et fugaces, ce terrien offre sa passion de la nature pour en montrer sa si fragile beauté, pour mieux la comprendre et ainsi la préserver. Cet exquis partage est aussi son langage de prédilection avec les humains... avec lesquels il a toujours un peu de mal à échanger!

Il dit: " Loin de l'agitation, je rêve d’une vieille carte et autant de lieux à découvrir. À la recherche de moments et de nouvelles rencontres ou l’humain est invisible."

Ce talentueux rêveur, singulièrement pugnace dans son travail photographique proposant une subtile et jubilatoire allégorie de notre planète, cite volontiers Vincent Munier: "...ne pas prendre en photo ce que l'on voit, mais ce que l'on ressent!"

L'univers de Marc nous autorise à rêver... et "rêver, c'est déjà ça..." comme le chante A. Souchon!

Marc C. est né en mai 1971 à Tours, il vit et travaille aujourd'hui à Lormont (33).

MANITOBA, l'anartiste!

Cette singulière effervescence à créer est  commune aux musiciens et aux peintres...

Dans le travail de Manitoba, si voisin des arts premiers, il y a comme une longue méditation contemplative à accueillir. Tout cet élan polychrome et polymorphe si prolixe m'a "âme menée" à l'inviter à se pauser à la Gare.

Au delà de ce mystérieux fil qui vient d'ailleurs et qu'il a su saisir, ce fil qui s'étire, se mêle, se démêle, se croise... et nous guide vers ses territoires comme pour une célébration des couleurs... au delà de ce fil...il y a comme une incantation universelle!

Manitoba, l'anartiste autodidacte s'est désencombré de bien de scories pour "laisser passer" ces élans vibratoires de création qui l'animent, qui l'habitent ou le traversent... c'est un "en-charmeur"!

Un peu sorcier, un peu chaman, un peu conteur et raconteur, parfois illusionniste et jongleur.... il propose son monde intérieur.. alors venez... laissez vous aller à entrer dans la danse, dans la transe de Manitoba! M.M

Pascal Bourdilleau alias MANITOBA né en 1966 à Sétif en Algérie vit et travaille à Biganos (33)

Dominique Médard, Peintre

Bruissements d'ELLE

Il ya une générosité gourmande, impertinente, "essence-ciel" chez Dominique Médard pour nous raconter ELLE, en douceurs, en couleurs, en textures et autres rondeurs.      

Elle nous propose un suave univers féminin dit en lignes pleines ou déliées, en courbes fondues et confondues, en nuances harmonieuses et joyeuses. C'est le singulier territoire d'une douce féminité et d'une délicate sensualité. Ses tableaux célèbrent des corps de femmes en dessins épurés et stylisés.

L'artiste se définit comme "une touche à tout des arts graphiques". "Mon œuvre, dit-elle, s'est constituée au fil des années à partir de rencontres essentielles". Peintures et gravures s'entremêlent, faisant souvent écho à des œuvres littéraires.

Ses allusions à Matisse ou Picasso se lisent dans ses formes et  dans les nuances de bleus, de rouges et terre(s) de Sienne. Il y a toute la langueur d'un orientalisme affirmé dans ces femmes qui s'offrent simplement voluptueuses.

C'est une invite à la rêverie et à une  humanité lumineuse et sucrée, mais aussi une invitation aux voyages!

Née à Paris en 1943, elle grandit au milieu des étoffes et des broderies: sa grand-mère était première d'atelier chez E. Schiaparelli et sa mère brodeuse chez Lanvin. Elle étudie aux Beaux-arts de Toulouse. Dominique Médard partage son temps entre le sud-ouest, dans le causse Blanc lotois et les environs de Tunis où elle expose régulièrement. M.M     

 

 

Hervé Haggaï, comédien, metteur en scène et photographe

Natif des Landes, sa famille s'est installée en région parisienne, mais cet artiste singulier passe toutes ses vacances dans la maison familiale sise dans notre village. Enfant, il a fréquenté pendant deux ans l'école de Saint Paul en Born!

Ses parents sont très occupés: père photo-filmeur et mère peintre. Hervé, un peu livré à lui-même et  passionné d'images est très tôt un cinéphile assidu et aussi un photographe! C'est d'ailleurs par le biais de la photographie que plus tard il "rencontre" le théâtre et surtout Philippe Hottier.

Acteur et metteur en scène, P. Hottier a travaillé avec le Théâtre du Soleil. Il sera son formateur es clown et masques.  En effet, chez  P. Hottier,  la quête du jeu théâtral par le biais du clown est une donnée  essentielle des ateliers qu'il propose.

Pour Hervé, son métier de comédien et de metteur en scène  se construit  au gré des rencontres et autres "concours de circonstances"!

Son engouement pour l'image, la photo ne le lâche pas... Il trouve comme un équilibre entre l'acte solitaire de la photo et l'esprit du collectif qu'exige le théâtre!

"Présences révélées", photos qu'il nous propose à la Gare est une invitation à entrer dans son imaginaire et  accorder à notre quotidien un "éclairage" différent.

En lien avec l'exposition photos, Hervé Haggaï alias Monsieur Koun, nous offrira  Le Croco, un joli conte philosophique, à la fois tendre, réjouissant et impertinent!

Hervé est né à Mont de Marsan (40) en 1958, il vit & travaille à Saint Hilaire (38).

Emmanuelle Lopez, peintre

dulce alegria

Emma est imprégnée depuis le plus tendre de son âge par les livres sur la peinture que son père, artiste peintre, laissait sur la table de la salle à manger... comme des invitations à "voyager" dans la peinture italienne et ses grands maîtres... mais aussi les impressionnistes,  les surréalistes..

Ainsi et entre autres, à 9 ans, saisie, elle découvre Dali et s'émerveille de Monet. Elle a 11 ans quand elle suit son père dans un périple italien.. et découvre dans les musées de Florence la Renaissance italienne!

Et puis la vit va... la vie court... elle quitte Dax... se marie, a des enfants.. c'est au cap de la trentaine, après la naissance de son deuxième enfant, que lui arrive l'urgente nécessité de créer, de peindre! Elle y passe des jours et des nuits.. et puis la vie.. l'interrompt  pendant 2 ans..

Quand elle revient à la peinture.. elle s'en "nourrit".. et  dit:" la couleur me transmet de l'énergie, je peins debout, des grands formats, tout mon corps participe à ma peinture." Elle cherche, explore différentes techniques.. soutenue par son père.. Elle essaie avec bonheur le volume avec des petits objets-sculptures. "ces petites choses me rassurent, m'apaisent.." dit-elle!

La peinture d'Emmanuelle Lopez nous incite à une traversée polychrome... parfois tendre et douce, parfois énigmatique et secrète, parfois ombrageuse, rageuse.. et, de fait,  avec une subtile et élégante maestria, elle nous révèle son émouvante intimité de femme!

Née à Dax (1971), vit et travaille à Toulouse.

B & N Coyola, les artistes de Bleu Citron

Nadine & Bernard sont landais, elle de Mimizan, lui de Lesperon. Ils se sont rencontrés à Pau pendant leurs études .Ils ont créé, il y a plus de vingt ans, leur activité Bleu Citron. Au départ à Bruges de Béarn, ils ouvrent un atelier de restauration et de ventes d'objets industriels..  ils fabriquent leur premier guéridon en mosaïque en 1993. En 2000, Ils s'installent à Mimizan où ils vivent et travaillent encore!

Quand on rentre dans leur atelier, on est saisi par leur univers de couleurs, de formes, de fantaisie, de matière.. et des objets.. en cours de création, en attente de "soins", en passe de finition.. Ils utilisent différents matériaux, avec une préférence pour le verre, qui confère à leurs œuvres un brillant et une rare intensité de couleurs. 

Les Coyola... couple, duo, binôme, duettistes?.. oui..tout cela.. et avec fantaisie, humour, talent, générosité... ils proposent des univers très liés à la nature, au végétal, à l'animal... ou au milieu marin... Alors... on croise des chats dodus, des bancs de sardines scintillantes, des coquettes cocottes et des hippocampes psychédéliques ...  La tauromachie est un autre pan de leur création.. et leurs taureaux sont de vrais bijoux!  Les tables-mosaïques sont une invite à partager  un moment radieux.. Et là.. pas loin.. il y a d'étranges et excentriques nanas longilignes... un peu "déjantées" ... un peu "venues d'ailleurs" qui sont là... comme en apesanteur, joli "délire"!

Erika Bournet-Delbosc, plasticienne

Erika, quelle rencontre!..  Elle trimballe  avec  elle le singulier paradoxe  d'une très aérienne fragilité et d'un ancrage vigoureux à la Terre! Elle se meut avec grâce entre un monde de silences nécessaires comme ceux d'une portée musicale et la complexité savante du solide tissage de la toile.. d'araignée!

De Châteauroux où elle est née (1975), en passant par le Cher, l'Afrique de l'ouest (Mali et Burkina Faso), le Tarn et Garonne, les Pyrénées Atlantiques, le Nord, l'Algérie et les Landes, elle ne va pas trop l'école, elle fréquente "l'école sous l'Arbre", nourrie par les contes que lui murmure sa mère tisserande et à l'amour des  mots de son père, musicien (Auteur, compositeur, interprète). Elle pratique ce qu'elle nomme "la poésie auto-mobile".. elle écrit tout le temps... et elle va beaucoup au cinéma... son premier émoi: La Rose pourpre du Caire de Woody Allen! Ces références artistiques sont  le photo monteur, John Heartfield, le collagiste, poète, écrivain et peintre Jiří Kolář  et Ernest Pignon-Ernest, plasticien.. souvenez vous  de Métro Charonne!... Elle fréquentera les Beaux Arts à Bordeaux de 1995 à 2000.

Erika est en résonnance avec la planète, avec la nature, avec notre mémoire collective, elle s'inscrit comme un "témoin", une "sentinelle".. elle revendique l'importance du geste artistique... elle écrit, coupe, découpe, crochète, colle /décolle,  met en exergue et en lumière, et pratique le collage comme une "réconciliation"! " Le temps de repriser l’inimaginable." dit-elle.

A la Gare, ses collages seront en "correspondances" avec des textes ou des poèmes de Pascal Daudon, Patrick Deletrez et Paul Bournet. Erika vit & travaille dans les Landes, entre Roquefort et Sabres.

 

 

Valérie Bornand, plasticienne

Elle est la coïncidence des opposés:

l'ombre et la lumière - le silence et la verve - le recueillement et l'exubérance - le dur et le fragile

l'enfermement et  la délivrance -  l'assurance et le balbutiement - le calme et la fébrilité...

Elle est grande, longiligne, aguerrie,  énigmatique, généreuse et exigeante...  et si souriante!

Née en 1972 à Lausanne (Suisse) dans un environnement suffocant,  tendance " austère ", son enfance et son adolescence sont adoucies  par un grand-père fantasque qui peignait. Très tôt elle explore le modelage et le moulage. Elle suivra  l’École Supérieure des Beaux-arts de Genève où elle découvre le travail sur la pierre. Elle a 20 ans quand elle part pour vivre au Portugal. Elle y restera 16 ans. C'est sa "période" bronze! Il y a 8 ans elle revient en France et s'installe 4 ans après à Roquefort (40).  Son parcours artistique est une quête cohérente des paradoxes qui l'habitent, la nourrissent et la guident! Elle explore, expérimente, cherche dans un corps à corps audacieux et résolu.

La découverte des créations de Valérie, c'est arpenter un univers de formes, de matières, de volumes, qui raconte une résistance au délétère, à l'irrespirable afin de laisser entrer le blanc, la lumière, la transparence, le souffle, l'eurythmie... comme une grâce enfin accordée! Créer est assurément sa respiration!

Vincent Castaneira, tresseur  d'osier

  est né à Talence en 1977. Issu d'une lignée d'émigrés espagnols fuyant le franquisme, il grandit dans le quartier espagnol de Bordeaux.

Avec ses 4 frères il accompagne son père qui visite toutes les foires et autres rassemblement d'artisans.

Il se forme au Lycée des Métiers d'Arts de Coarraze (64). En 2009, il découvre le travail de tressage et fera l'Ecole Nationale D'Osiériculture et de Vannerie de Fayl-Billot (52)

Depuis 5 ans il vit et travaille l'osier à Prechac (33)

Vincent ouvre la porte de son atelier: pieds  nus, bien planté au sol, un grand sourire accompagne le geste ample de l'invite. Je découvre une étrange forêt d' élégantes gerbes de tiges blanches, vertes et rousses parlent illico de nature, d'eau, de terre, de vent, de soleil !

Il raconte le saule, ses plus de 300 variétés, les zones humides et fraîches nécessaires à cette culture, les climats, l'écologie etc..

Etre avec lui, c'est aussi approcher l'élasticité du temps.. on frôle quelques 10 000 ans d'histoire d'agriculture et d'artisanat rural qui se disent et se télescopent dans ses mains expertes à créer des objets résolument contemporains avec des branches de saules qui nous viennent de la nuit des temps!

Il s'assoit sur un large banc, à portée de main les outils, et "tresse" un panier posé sur une drôle de table qui a les "pattes" arrières plus hautes que celles de devant..

Il dit son bonheur à créer des objets du quotidien singuliers de beauté et d'harmonie, à parer les jardins de tontines, de  tonnelles, de bordures, de clôtures "vivantes",  esprit  Land 'Art ! 

Son travail révèle sa rigueur, son attention bienveillante aux gens et à la nature, son goût du beau geste! C'est un labeur en solitaire... qui le  relie au monde et à la terre!

Pierre Giusti

Peintre

Pierre-Louis est né en Algérie.. à Oran en 1943... début des années 1960, il traversera cette mare nostrum.. ce sera Marseille, Cannes.. son chemin artistique est totalement imprégné de cette terre méditerranéenne et de cette profusion d'envies, de désirs, d'impératifs à raconter, à chercher, à explorer, à créer..

En 2003, il passera d'est en ouest et vient dans les Landes. Il explore alors une autre rive, d'autres eaux.. d'autres sentiers et d'autres langages, d'autres axes de création.

Rêver, imaginer, inventer, arpenter, examiner encore et encore... et puis concevoir, construire, réaliser...pour être debout, pour être vivant, pour simplement être incarner et transmettre, partager! Il aime les textures,, les matériaux, les volumes, les couleurs,... et les outils, les pinceaux, les vernis, les cires, les bois,  les pierres... Tout cela est une question d'équilibre, la quête d'une sérénité!

En 2015, il attrape ses pinceaux, c'est le moment où sa peinture révèle une autre étape, une autre "position".

C'est une peinture bleue, quasi monochrome. Ce sont ces mots (ses maux?) bleus à lui.. 

Ce parti-pris monochromatique est-il la traduction de sa nécessité d'aller à l'essentiel, à laisser s'éloigner l'exaltation du polychrome, du polymorphe?

C'est l'arrivée d'un langage sobre et apaisé.

Nous découvrons une narration nostalgique, mélancolique... mais précise, nette, entière.. en forme d'abandon.. en forme de révélation crue et tendre..

Quand on est devant cet univers bleu, on sait sa vigilance, on frôle son âme, on visite ses rêves!

Il a une maîtrise remarquable du trait, et se réjouit, avec brio, de l'ombre et de la lumière..

Laurent  Monloubou - Peintre

   peintre, mais aussi voyageur, rêveur, "bien-faiseur", photographe, jardinier, contemplatif, scrutateur du divin..

Né en 1966, au Bénin, à Cotonou d'un père diplomate et d'une mère professeure de lettres classiques, son enfance doit s'accorder  aux pays où la famille résidera et aux humeurs  paternelles.

Après l'Afrique de l'Ouest, ce sera l'Argentine, puis le Brésil..

Il stocke émotions, vibrations, couleurs, odeurs, à 18 ans il passe un an en prépa d'Hypokhâgne, puis ce sera un Deug d'anglais, avec une U.V d'hébreu...

1986, il a 20 ans et part pour 4 mois en Israël. Au retour, inscription en fac d'histoire...

1987, il largue les amarres et part en Inde où il reste 3 ans... et fait des  aller et retour, envisageant même de se faire naturaliser indien!  Il s'imprègne de ce pays et du bouddhisme.. il affirme sa quête de l'invisible.. sa quête de sens et son obsession à trouver des réponses, il trace son chemin.  

1995, il arrive à Mimizan pour un travail de saisonnier .. et il s'y installera!

 

Laurent dessine et peint depuis sa plus tendre enfance. Sa peinture est une méditation ininterrompue.. une pérégrination! Elle relève du  mandala et de la peinture aborigène.. c'est une peinture vibratoire et,  comme dans le monde quantique, les  énergies sont invisibles mais palpables puisque nous en saisissons les effets. Elle nous dit que  nous sommes tous reliés par ces énergies puisque nous sommes “émetteurs-récepteurs” composant la conscience universelle.

Dans son travail tout est joyeuse ferveur, prières, résonances, pulsations, mouvement et transmission: couleurs, points, lignes, formes, cadences, compositions!.. c'est comme une invitation à un mystérieux voyage!

Antoine Dominique photographe portraitiste

né le 6 janvier 1989, il vit et travaille à  Monflanquin (Lot & Garonne)

C'est vers l'âge de 15 ans que se révèle à lui la passion pour la photo. Après un BAC et deux années de fac, il décide à faire de la photo son métier et, 3 années en apprentissage plus tard, il est portraitiste.
Sa sensibilité et son savoir faire le guident pour réaliser des images sincères, modernes et fidèles aux personnes qu'il photographie.

Depuis 2009, il a entamé un travail de recherche sur le rugby amateur. Ce travail sur le rugby l'a amené à développer une série sur le rugby féminin intitulée "Femmes de rugby". Ces joueuses photographiées en studio nous communiquent, par leurs regards leur envie, leur détermination, leur passion et leur force. Ces portraits nous amènent à observer le paradoxe du rugby féminin alliant douceur et  rudesse.

Antoine obtient le label Portraitiste de France en 2015 et en 2017. En 2018, la Fédération Européenne de la Photographie lui attribue la qualification de QEP ( Qualified European Photographer ) pour la série "Femmes de rugby". L’obtention de ce titre le fait rentrer dans le club très fermé des photographes français ayant décroché un QEP. Ils sont 39 à l’heure actuelle et un peu plus de 500 sur toute l’Europe. Le label QEP a pour but de reconnaître et récompenser l’excellence des photographes européens professionnels.

Très attaché à son village il est très impliqué dans la vie du village et aime photographier les gens auprès desquels il a grandi.  : "J'aime travailler avec les gens qui vivent ici."

Antoine Dominique, photographe actif et engagé a également créé à Monflanquin un festival autour de la photographie « Voix de l’image ».

Myriam Rueff, sculpteur

Patrick Nitaro, photographe

Ils sont tous les deux nés en 1961, elle à Bordeaux, lui à Toulouse.

Ils se rencontrent en 1980 à Toulouse où ils font leurs études.. La création artistique les "habite" et elle se dévoile progressivement pour l'un et l'autre dans les années 1990.. l'évidence de conjuguer leur travail se révèle en 2010..

Myriam dit: « Par la sculpture, je cherche à assembler des matières pour rendre visibles leurs traces, leurs textures..... Des corps naissent hiératiques, poussés vers le haut. Ils racontent des mouvements, des instants figés, des bouts de vie, des émotions..»

Patrick dit: « Mon regard se pose sur des situations, des objets, des personnages où je retrouve la trace et l’empreinte d’une certaine humanité. Le contraste noir et blanc vient soutenir ces univers simples et quotidiens. Je donne à voir des bouts d’histoires et l’imagination de celui qui regarde fait la suite.»

Leur imaginaire est nourri des voyages qu'ils font.. ils sont en quête de l'invisible et de l'évidence de ce fil mystérieux qui relie la terre et le ciel... leurs œuvres disent la "vagabondance" de leur âme et de leur perception de cette errance ! C'est tout en subtilité, délicatesse, finesse... et ô paradoxe, l'ensemble atteste de leur nécessité d'être à la fois des rêveurs et des "vigies". Leurs dialogues nous proposent une pérégrination sur leurs terres.

Brigitte Nogaro, maître verrier

Vitrail : la lumière fut ! 

Brigitte Nogaro ... Une famille d'artistes: son père Bernard Nogaro, grand coloriste, était un peintre illustrateur dacquois, un de ces frères Christian Nogaro était luthier et son autre frère, Anora Borra, artiste peintre dacquois.

Brigitte au cours de sa troisième année d'études à l'Ecole des Beaux-arts de Bordeaux, effectue un stage dans l'atelier de vitraux de J. Dupuy. Séduite par ce métier, elle signe un contrat d'apprentissage qui la mène à l'obtention du CAP de vitrailliste, en 1981. Après avoir travaillé quelque temps dans l'entreprise, grâce à l'obtention d'une bourse elle part se perfectionner dans l'atelier de Mme Brenas, à Carcassonne. A l'issue de cette formation, en 1984, elle crée son propre atelier. Elle est installée à Saint Paul les Dax depuis 1992. Elle se partage entre la restauration de vitraux anciens, notamment dans des monuments classés et la création d'œuvres originales.

Brigitte, un paradoxe de femme fine, déterminée, solide, délicate, lumineuse... un regard direct, droit. Vaillante, elle semble en état d'urgence, de combat... c'est un métier difficile, un statut si ingrat d'artisan! Observer ses croquis, ses couleurs, ses lignes c'est découvrir ses sublimes restaurations, son délicat travail de  création et, ainsi,  son magnifique talent de Maître verrier.

Brigitte Nogaro est née en 1959, elle vit et travaille à Saint Paul les Dax (40

SLEM, alias Stéphane Levacher est né à Epinay-sur-Seine (93) en 1965, pas loin des Studios Eclair, dans une famille passionnée de cinéma. Très tôt, le cinéma, comme la lecture, sont pour lui une occasion de découvrir le monde, car il n'aime pas l'école.

À 17 ans, employé de banque, il fait de la photo sur son temps libre, crée un club vidéo et s’essaie à la réalisation. Ce sont de belles expériences et quelques erreurs, l'aventure s’arrête.

Sa pugnacité et un stage à l’école Louis Lumière le professionnalisent en  vidéo et en photographie, mais il stagne, s'ennuie à la banque et rêve toujours.

1991,Il plaque tout, part en Nouvelle-Calédonie,  se lance dans la pub pour la TV et le ciné.

En amitié avec des kanaks, il réalise qu'il participe au consumérisme abusif. Il arrêt.De etour en France ill intègre une agence d’intérim du spectacle et obtient un poste à Radio France.

Stoppé en 2003 par de gros ennuis de santé, Il reprendra ses activités cinq ans plus tard et rencontre Karin, sa compagne, qui vit en Gironde.

SLEM pose valises et caméra à Villandraut en 2009, puis à Cazalis en 2013. Retour à la vidéo, il travaille avec des artistes du sud ouest, tels Anne Gardey des Bois, Patrick Deletrez, Isabelle Loubère.

Désormais, son art ne se monnaie plus. C'est troc et échanges! Sa passion le porte, l’artiste se révèle enfin.  

En 2018, c'est Lanas Encamina's. Ce libre hommage à la Lande d'Arnaudin, accompagné de la musique d’Anne Gardey des Bois, nous plonge dans la poésie de cette terre.

SLEM vit et travaille à Cazalis (33) 

GRAN, né à Saint-Denis de la Réunion en 1973 d'un père auvergnat et d'une mère réunionnaise, est un artiste-peintre créole nourrit d'une double  "mémoire". Alimenté de ce paradoxe, très tôt il se révèle être un humain pressé, hyperactif, doté d'une curiosité polymorphe, il est en état d'urgence.. d'exploration, de compréhension, et de transmission... Il y a chez lui quelque chose du griot africain.. mais lui se souvient, raconte et transmet graphiquement en peinture, en couleur... et à profusion.

Il est aussi "habité" et accompagné des mondes parallèles d'une spiritualité singulière faite de vaudou et de catéchisme mêlés! Ses toiles sont à la fois bavardes et énigmatiques. Elles révèlent comme un cœur à corps agressif et hurlé ou doux et susurré  ... et quand la matière, la peinture, le trait , l'éclaboussure et les évènements ou personnes racontés sur des fonds extrêmement travaillés nous percutent ... on ne peut rester indifférents! Ses œuvres portent toutes un nom, nom qui raconte aussi! C'est un univers résolument contemporain à découvrir!

 

Autodidacte en dessin, peinture, sculpture et photographie, architecte d’intérieur, paysagiste et jardinier à l'anglaise, Stéphane Teulade dit Gran n'a pas aimé l'école, ni le collège ni le lycée... il a survolé tout cela...et c'est très tôt qu'il s'est exprimé par les arts plastiques, et  la photo.. Il fût photographe sportif pour la presse quotidienne.. Au cours de ses pérégrinations, il a fait des rencontres importantes avec des plasticiens, des musiciens et des jardiniers... Il est aussi créateur de galerie d'art...

Gran est arrivé dans les Landes en 2017, il vit & travaille à Mimizan(40)

Mathilde L'Huillier, mosaïste, plasticienne

Elle est née à Mouzens (24) en 1966... et ses parents cèdent à leur passion  de créateurs en  1967.

Autant dire qu'elle est née et a grandi dans ce "chaudron"... Après le Bac elle passe deux ans dans des écoles d'art qui ne lui conviennent pas.

Elle "prend son chemin" en 1985 et excelle partout où elle se pose un peu ou beaucoup! Son travail participe à des réalisations en mosaïque conçues pour de prestigieux bâtiments un peu partout sur la planète. En 2001 son chemin change de cap... il se trace vers des activités dédiées  à la culture et à l'art autour de la céramique, de la mosaïque et du verre au sein de  l'association Ceram'Archi.

2013 arrivée à Taller (40) où elle vit et travaille aujourd'hui.

Il y a chez Mathilde un peu du chercheur, du perfectionniste, de l'audacieux, du poète, du rêveur, tout cela métissé avec le goût du labeur, de la recherche et aussi du risque.. C'est un doux et singulier mélange d'état d'urgence, de transe et d'opiniâtreté à raconter... à dire, à partager ce qu'il y a de plus intime en elle d'interrogations, de blessures ou de joies et qu'elle ne saurait laisser échapper avec des mots... Son travail et ses œuvres parlent pour elle avec précision de sa passion pour les matières, les couleurs, la lumière et l'exigence qu'elle met à créer! Ses travaux  de mosaïste et de céramiste se complètent et s'ajoutent.. Dans l'art du raku il y a la place laissée au hasard des effets du feu sur les formes et  les matières... et dans la mosaïque s'invitent toute la précision et l'exigence du choix des couleurs et des petits carrés qu'il faut poser au bon endroit!

 

 

 

 

 

le chameau a 3 bosses

La Gare de l’art accueille en résidence de deux artistes sculpteurs. L’un Landais, Olivier Louloum, résidant à Lüe (40) en France et l’autre Eduard Kazarian, résidant à Almaty au Kazakhstan.

La rencontre des deux artistes s’est faite à Almaty en 2016 lors du festival Artbast fest où Olivier Louloum réalisait une sculpture aqua-cinétique. Lors de cette manifestation Eduard kazarian l’invite à venir créer une sculpture cinétique dans son centre d’art à l’occasion du premier festival d’art cinétique du Kazakhstan en septembre 2018, projet soutenu par l’ambassade de France et l’alliance Française du Kazakhstan.

Olivier Louloum, artiste sculpteur : son œuvre est accès sur la taille directe sur bois mais aussi depuis une vingtaine d’années, sur la création d’installations mobiles souvent mises en mouvement par l’eau. Il a créé des œuvres en France sur le domaine public et privé mais aussi à l’étranger.

Eduard Kazarian, artiste international, considéré comme l’une des principaux sculpteurs du Kazakhstan et d’Asie centrale : son œuvre est accès sur la sculpture en bronze, la mosaïque, la sculpture en fer monumentale et cinétique.

conciliabules

Laure Grimonprez, peintre & Patrice Liron, sculpteur

Ils ont en commun l'air de sortir du silence indigné de la Terre et de vouloir se dégourdir les pinceaux, les couleurs, les traits, les gouges, les couteaux, le burin pour nous en parler!

Quand des contemplatifs sont outrés, ils sont dans l'urgence de témoigner... cette urgence est leur moteur et leur talent la raconte.

L'un se sait châtaigner et l'autre libellule bleue... Ils abhorrent les uniformes et les centrales nucléaires et  rêvent de nature protégée, d'herbe verte, d'eaux claires, d'animaux libres et heureux...

Dans les peintures de Laure on voit dans le geste ample et sûr et dans les couleurs offertes  ce qu'elle proposent à l'émerveillement ou à l'exaspération... C'est une peinture directe, une éclaboussure.. qui "cousine" avec les fresques qui nous viennent du fond des âges ..

Dans les sculptures de Patrice on devine le corps à corps avec le bois et néanmoins sa belle connivence avec l'arbre.. Il a longtemps posé ses sculptures animalières ou humaines dans la nature!

Son talent évoque, là  aussi, une filiation avec les arts premiers.. son geste est tendu, pur et vigoureux, déterminé.

Leurs œuvres se parlent, se répondent, s'interpellent... il y a assurément une belle connivence dans leurs communes hantises et la nécessité à en témoigner!

Passer un moment avec eux et avec leurs créations en conciliabules, nous "plonge" dans une énergie positive, tonique.. qui ramène à notre "essence" et au ciel!

Laure est née à Poitiers (86), elle vit et crée entre Bordeaux et Uzeste!

Patrice est né à Bayonne (64), il vit et crée à Saint Loubès (33)!